Structure de la fortune

Le graphique de la structure de la fortune montre comment la Caisse de pension GastroSocial place le capital des assurés. L’objectif est d’obtenir le meilleur rendement possible avec le capital placé à long terme. Toutefois, il convient également de s’assurer que la caisse de pension est capable de satisfaire à ses obligations financières en cours. La diversification élevée des placements réduit les pertes de rendement en cas de fluctuation des cours.

La structure de la fortune est divisée entre placements en valeur nominale et placements en valeur réelle. Les valeurs nominales sont des créances pécuniaires. En font entre autres partie les titres à revenu fixe, également appelés obligations. Les valeurs réelles, telles que les actions et les biens immobiliers, se caractérisent par le fait qu’il est généralement possible d’atteindre un prix plus élevé en cas d‘augmentation du niveau des prix (prix moyen pour tous les biens d’une économie), ce qui n’est pas le cas pour les valeurs nominales.

Le graphique illustre la répartition de la fortune de placement de GastroSocial sur la base des valeurs vénales au 30.06.2019. Les chiffres exacts s’affichent lorsque vous passez sur le graphique avec le curseur.

  Indice de référence 31.03. 30.06.
Placements en valeur nominale 38.0% 37.7% 37.4%
Placements en valeur réelle 62.0% 62.3% 62.6%

Durant le deuxième trimestre, notre tactique de placement est restée proche de celle du trimestre précédent. Au niveau des placements obligataires, l’allocation en faveur des marchés émergents a légèrement progressé alors que la part des titres en CHF arrivant à échéance a continué de diminuer. Globalement, la pondération des titres porteurs d’intérêts a été maintenue à un niveau légèrement inférieur au pourcentage défini dans la stratégie. Concernant les actions, les plus défensives ont été privilégiées au détriment du segment des actions étrangères en général. Globalement, la légère surpondération des actions a concerné exclusivement des valeurs plutôt défensives. Le secteur de l’immobilier suisse est resté surpondéré tandis que la diminution de la sous-pondération des placements dans les infrastructures s’est poursuivie. Sur les différents segments du marché privé, l’augmentation progressive des investissements a été maintenue. Ces mesures ont permis de renforcer la diversification du portefeuille dans différents domaines et de l’adapter à l’orientation actuelle et à moyen terme de l’univers des placements. Dans tous les segments, les marges de manœuvre stratégiques et tactiques ont été respectées.